CONGO. Ninon GOUAMBA député du PCT, accusé de tortures et tentative d'assassinat sur DIABOMBA Dorgely

CONGO. Ninon GOUAMBA député du PCT, accusé de tortures et tentative d'assassinat sur DIABOMBA Dorgely

C'est une affaire grave qui éclabousse le PCT, parti de Dénis Sassou Nguesso au pouvoir au Congo-Brazzaville. Le député Ninon Ngouaba fait l'objet d'une plainte depuis le 14 avril 2022 à Brazzaville pour tortures , actes de barbarie, coups et blessures volontaires, enlèvement et tentative d'assassinat.

-------------

Pour avoir simplement interpeler le Député Ninon GOUAMBA pour la réalisation de ces promesses  non tenues, lors d'une rencontre citoyenne; le jeune DIABOMBA Dorgely ne pouvait pas s’imaginer qu'il venait là de déclencher une furie dans la tête de celui qui se fait passer pour l'émir de Moukondo.

Quelques jours après, le  Député Ninon GOUAMBA, chargeait ses complices d' interpeler son mandant, il lui infligea lui même  et en public les pires sévices corporels (coups de fouets avec un câble métallique, coups de poings, application des piments sur les blessures béantes,...) et   il le déshabilla pour le faire balader nu (dans la tenue d'Adam) comme un trophée dans les ruelles du quartier Moukondo.

Le père de la victime informé par les riverains et arriver en catastrophe pour supplier le Député Ninon GOUAMBA d'arrêter de torturer son fils, obtenu en retour que des injures du Député ainsi que des gifles par les membres de sa milice privée.

Quelques jours plutard, ayant été interpellé par les responsables du quartier ainsi que les sages au sujet de l'état de santé dégringolade du jeune torturé à cause de la gravité des blessures, le Député Ninon GOUAMBA demanda de conduire le jeune DIABOMBA Dorgely dans un cabinet médical du quartier où il avait pris en charge les frais médicaux.

Dorgely Diambomba, en soins (Photo DR)

Ensuite, pour calmer les parents du jeune DIAMBOMBA Dorgely et éviter l’émission d’éventuelles plaintes, le Député avait fait une promesse à ladite famille de  trouver du travail à la victime. En fait, cette promesse d'emploi n'était  qu'une diversion de la part de l'émir de Moukondo le Député Ninon GOUAMBA, qui avait un autre plan machiavélique dans sa tête.

Trois semaines sont  passées, cette fois ci le Député Ninon GOUAMBA rassemble à nouveau ses complices et leur communique le plan pour assassiner le jeune DIABOMBA Dorgely.
Ses complices passant à l'acte arrêtaient de nouveau le jeune, et nuitamment allaient le fusiller (de six balles) dans une zone obscure, au bord de la rivière Tsiéme, le laissant pour mort, le jeune DIABOMBA n'eut la vie sauve que grâce à l'intervention de quelques riverains  qui l'avaient secouru puis informé sa famille. Plus tard, l’émir de Moukondo était fou de rage quand il appris que le jeune n'était pas mort. Et il l'avait fait recherché dans les hôpitaux en le faisant passer pour un bandit.

Finalement n'ayant jamais pas pu retrouvé sa proie, l''émir de Moukondo, le Député Ninon GOUAMBA se résolu à piller la maison des parents de sa proie et les avaient chassé du quartier, la parcelle des parents de sa proie étant devenue entre temps la sienne et il perçoit l'argent des locataires. Les vrais propriétaires de la parcelle sont interdits de mettre pieds dans le quartier selon le diktat prononcé par l'émir de Moukondo le Député Ninon GOUAMBA.

Malgré les menaces de la part de l'émir de Moukondo, la victime et la famille ont pris le courage de sortir de la torpeur et du silence pour porter plainte contre Ninon GOUAMBA devant le tribunal de Grande instance de Brazzaville pour les crimes de tortures, actes dégradants envers la dignité humaine et tentative d'assassinat.

Justin OYENGA