SANTE. Covid-19: Le Variant congolais (B.1.640) découvert dans une famille en France après des vacances au Congo

SANTE. Covid-19: Le Variant congolais (B.1.640) découvert dans une famille en France après des vacances au Congo

Au moment où le pays est confronté à une contamination forte constatée à la Covid-19 dans les deux grandes villes Brazzaville et Pointe-Noire, la République du Congo fait la une des journaux spécialisés après la découverte d'un variant congolais (B.1.640).

Le Cluster de Bannalec

Tout est parti de Bannalec, petite commune du Finistère tout près de Quimperlé, où des tests avaient révélé en octobre dernier 18 enfants de l'école primaire Mona Ozouf positifs à la Covid-19 selon une information du Télégramme. Mais, selon le journal et les autorités sanitaires bretonnes le virus qui avait contaminé ces élèves avait connu une mutation qui ne ressemblait "à aucune autre". Le séquençage du génome de ce virus a conduit les autorités sanitaires françaises à l'identifier comme étant un variant congolais, car la famille incriminée dans cette contamination revenait de vacances au Congo.

Le ministre de la santé Olivier Veran a confirmé la présence du variant congolais en Bretagne dans une interview qu'il a accordé ce 16 novembre à Ouest France. "La France est un des pays qui réalisent le plus de séquençages de virus. Vous avez peut-être entendu parler d’un variant congolais. Huit cas ont été identifiés en République du Congo et on a découvert fin septembre un cluster familial chez des personnes qui en revenaient : plusieurs cas en Bretagne et quelques cas complémentaires en Paca en lien avec ces contaminations bretonnes. Je ne dis pas ça pour inquiéter, rien n’indique que ce variant soit particulièrement dangereux, mais pour souligner que notre capacité à traquer les variants est très forte", affirme Olivier Veran.

Variant congolais depuis 2020

Si le grand public découvre le variant congolais (B.1.640) à cause du cluster de Bannalec près de Quimperlé en Bretagne, rapporté par Le Télégramme et Ouest France, depuis avril 2020, des chercheurs congolais et allemands avaient déjà mis en évidence un variant congolais. C'est l'Université de Tubingen en Allemagne au sein de laquelle collabore la chercheuse congolaise Francine Ntoumi, présidente de la Fondation Congolaise pour la Recherche Médicale qui avait mis en évidence une souche congolaise du Covid-19. Leurs travaux ont fait l'objet d'une publication dans la revue International Journal of Infectious Diseases, mis en ligne le 15 mars 2021, et qui s'intitule (en français) : «la surveillance du Sars-CoV-2 dans la République du Congo»

Vouda NGANOU

Photo: illustration