ECONOMIE. Le FMI accorde au Congo une facilité élargie de crédit (FEC) d'un montant $1,1 milliard sur 3 ans

ECONOMIE. Le FMI accorde au Congo une facilité élargie de crédit (FEC) d'un montant $1,1 milliard sur 3 ans

Dans un communiqué rendu public le 8 novembre, les Services du FMI afdfrment avoir abouti à un accord de facilité élargie de crédit avec la république du Congo d'un montant de 334 millions de DTS ou $1,1 milliard.

L'équipe du FMI est parvenue à un accord au niveau des services avec les autorités de la République du Congo sur un programme de trois ans au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) pour aider le pays à maintenir la stabilité macroéconomique et impulser une reprise économique dans le contexte de la pandémie.

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Pritha Mitra, Cheffe de mission pour la République du Congo, a effectué une mission virtuelle auprès des autorités congolaises du 7 au 15 octobre et le 4 novembre 2021, afin de discuter d'un programme devant être
soutenu par un accord de la Facilité élargie de crédit (FEC)

Au terme de la mission, Mme Mitra a fait la déclaration suivante :

« L'équipe du FMI est parvenue à un accord au niveau des services avec les autorités de la République du Congo sur un programme de trois ans qui pourrait être appuyé par un accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) d'un montant de 324 millions de DTS ou $ 1,1 milliard. Le programme économique viserait à maintenir la stabilité macroéconomique et impulser une reprise économique dans le contexte de la pandémie et, dans les années à venir, à favoriser une croissance plus élevée, plus résiliente et inclusive.

« L'avancement des réformes en matière de gouvernance, de transparence et de lutte contre la corruption sera essentiel pour améliorer l'efficacité des dépenses publiques, l'environnement des affaires et la confiance économique. Les mesures prévues comprennent le dépôt au Parlement de la nouvelle loi anti-corruption, l'audit et la publication des informations relatives à la production pétrolière et aux revenus pétroliers effectivement perçus par le gouvernement, ainsi que le renforcement de la gestion des finances publiques - par l'audit des dépenses liées à la pandémie, et l’adoption d’un contrôle et d’une transparence accrus des dépenses publiques et le recouvrement des recettes pétrolières et non pétrolières.

« Projetée à 94 % du PIB à la fin de 2021, la dette est soutenable mais des vulnérabilités importantes persistent. Les principaux sont les risques de liquidité et celles liées aux chocs négatifs sur les prix du pétrole.

La Rédaction

Photo de G à D: Rigobert Andely (Ministre des finances), Jean-Jacques Bouya (ministre des grands travaux) et Denis Christel sannou Nguesso (ministre de la coopération)